(Serveur fermé)
 
AccueilWikiS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nishant, Maryel et Firas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nati

avatar

Messages : 536
Date d'inscription : 11/02/2016

MessageSujet: Nishant, Maryel et Firas   Mar 7 Juin - 8:56




Dans la noirceur du soir, deux paires d'yeux bleu acier se faisaient miroir. Des accords tacites se passaient. La promesse de ne plus se séparer, la promesse de veiller sur Firas leur frère dashnïr, lui qui ne pouvait se défendre seul et aurait une évolution lente. Maryel essayait de rassurer Nishant, de lui dire que leur père les aurait surement aimés même s'ils n'avaient pas ralentis leur croissance d'un commun accord avec leur mère. Mais Nishant se faisait toujours plus boudeur, plus réticent. Il pleurait souvent ce qui entraînait les pleurs de Firas en écho et le désarroi de Maryel.
Ils n'étaient que des enfants, mais dans l'univers des fées noires, on avait pas le temps d'être un enfant. Si petits de corps et déjà l'esprit éveillé, aiguisé, prêt à survivre.
Odile, leur nounou et aide-cuisinière de l'auberge les gardait. Le temps passant, elle avait constaté les changements, elle avait même parfois un peu peur des jumeaux et offrait donc plus d'attention au bébé le plus normal selon elle.
Elle n'était pas une grande fervente des dieux, mais ces derniers jours, elle priait pour que leur mère revienne, qu'elle les apaise. Dans le fond, elle devait ressembler un peu à Sethlim, tout aussi perturbée de voir des fées, de parfois recevoir des visions ou des images dans son esprit. Heureusement, Taffy, sa compagne, la rassurait et l'aidait à veiller sur ce trio né d'une union plus qu'inhabituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Siv

avatar

Messages : 999
Date d'inscription : 15/01/2016

MessageSujet: Re: Nishant, Maryel et Firas   Mar 7 Juin - 10:32

En l'absence de leur mère, la druidesse passerait régulièrement, presque tous les jours désormais, visiter le trio féérique (ou pas-tout-à-fait-entièrement-féérique-mais-presque).

C'était là chose peu connue, mais la druidesse cuisinait. Fi des gâteaux mirifiques que la guilde marchande pouvait sans doute s'offrir, elle apportait aux petites fées des créations plus proches des ingrédients tel que trouvés en nature. Des gâteaux, des biscuits, coulants de miel, bourrés de fruits frais qui y étaient confits, où l'on retrouvait baies forestières, pêches et poires croissant près de la mine envahie d'araignées, mangues et autres fruits exotiques de l'oasis, parfois glâcés d'une crême battue, tirée fraichement du lait d'une buffle du désert, ou d'une chèvre de la source des montagnes. Il était un vieux proverbe du clan qui disait que le chemin du coeur traçait par l'estomac. Et, souffrantes d'incertitude comme de l'absence, les petites fées, certainement, avaient besoin de réconfort.

Lorsque les fées noires s'empiffraient, elle causerait, devant les trois bébés. Elle leur épargnerait le babil enfantin que tous sans doute, leur faisait ou ferait subir. Dans le clan, on ne gazouillait pas devant les bébés : on leur parlait comme des hommes, pour qu'ils en deviennent. Évidemment, ses discours préservaient une certaine simplicité, qu'il permette l'entendement, de la part de jeunes enfants. Elle leur contait, les légendes du clan. Des histoires. Des anecdotes, impliquant leur mère et père, demeurant en les limites de la décence : ceux et celles où ils seraient édifiés en héros de conte, magnifiés par le récit d'une noblesse de coeur et d'action qu'ils n'auraient jamais eu réellement au fil d'événements pourtant réels, pour le mérite de l'histoire. Elle s'était même risquée à faire de Davarion l'un de ses héros de conte inspirés d'événements, qu'ils avaient traversés, édifié là aussi au rang de mythe pour les trois bébés. C'était même pour lui, qu'elle était la plus lyrique, son affection l'incitant à magnifier le récit plus avant. Et elle? Elle ne parlait pas d'elle, elle n'était au fond ce jour-là qu'une conteuse, vouée à faire naitre les étoiles dans les pupilles de ceux qui l'écoutaient. Elle était après tout shamane, gardienne des histoires et des secrets, témoin extérieur mais pas toujours silencieux, de la gloire d'autrui, qu'elle ne cherchait pas pour elle-même.

Elle avait apporté aux petits, aussi, des jouets traditionnels. Des hochets de bois et d'os, assez grossiers pour que, l'eut on mis en bouche, l'on ne put avec s'étouffer. Une peau de vison emplie de laine, formant une balle servant de peluche. Des petites figures de guerriers et chasseurs sculptés d'os massif de minotaure, qu'un petit ne pourrait pas gober.

Elle aurait aussi emporté des pierres d'âmes, infusées de souvenirs simples, jolis, calmants : une fleur en éclosion. Le vol harmonieux des phénix en leur migration. Le jeu, d'une portée de renardeaux en étant tout juste à explorer le parage de leur tanière. Le papillon, folâtrant de fleur en fleur. Une vision de Sethlim, où il ne serait ni ivre, ni en état de désespoir, ni en plein combat -ce qui était quand même une rareté-. Et l'une de leur mère, guillerette, lors de leur dernier pique-nique.

Usant de celles-là, elle aurait mots simples, décrivant le contenu : "Fleur", "Oiseau", "Renard", "Papillon", "Papa", "Maman". Elle les inciterait, à répéter les syllabes, s'y évertuant, avec la même patience exemplaire qu'elle mettait à raisonner Sethlim, à rédiger des rapports, à concilier les affres des coeurs blessés de Menoch.

Elle aurait quelques attentions particulières pour Nishant. Peut-être, car il était au fond son filleul. Ou, car il était du trio, le plus blessé de l'absence de sa mère et le plus turbulent. Elle lui renverrait quelques songes, apaisants. Chacun, le confortant, en sa liberté de rêver, pour lui même, et de se faire, ce qu'il eut voulu bien être. Peut-être n'était-ce pas un mal, au fond... qu'il eut voulu grandir, si c'était là réellement ce qu'il eut voulu? Il avait la cognition, la possibilité, et usuellement, en tel état, la nature allait de pair avec la capacité, laissant croitre l'enveloppe en même temps que l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Nati

avatar

Messages : 536
Date d'inscription : 11/02/2016

MessageSujet: Re: Nishant, Maryel et Firas   Mar 7 Juin - 11:03

Les histoires, les jouets et les gâteries étaient appréciées avec émerveillement, amusement, gourmandise aussi. La présence de Siv avait évidemment un impact sur les enfants, comme une présence féminine manquante et la mort d'un ennui récurrent entre les murs de cette cuisine. Les mots sortaient parfois de la bouche des jumeaux, ils les connaissaient mais elle put comprendre qu'ils s'évertuaient tout deux à garder le silence devant certains humains dont leur père. Maryel avait une préférence pour le mot "Papa", Nishant n'en avait aucune, peut-être juste une pointe d'indifférence et Firas se contentait de babiller gaiement.
Revenir en haut Aller en bas
Nishant, fé noir

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 28/09/2016

MessageSujet: Re: Nishant, Maryel et Firas   Mer 28 Sep - 14:45

Citation :
Nishant, l'adolescent.

Les choses avaient assez mal tournées. Sa propre mère avait levé les voiles pour protéger une idée folle, un rêve. Il le comprenait et en même temps il lui en voulait un peu. Il somnolait entre les bras de Khejri quand sa décision fut prise. Les chaînes qu'il portait allaient céder. La traversée en mer allait être sa libération. Les jours et les nuits passeraient et enfin il laisserait sa vraie nature prendre le dessus. Maryel le savait évidemment, il n'allait pas laisser sa jumelle dans le silence. Pour Firas, cela ne ferait pas une grande différence. Les bébés humains n'avaient pas la même acuité que les fés noirs. Au pire, il veillerait sur Maryel si elle choisissait de rester petite et pareillement pour Firas. Mais pour lui, le temps d'être un enfant était terminé. Il arriverait sur cette île sous une forme autonome et il protégerait sa famille. Plus de père, plus de mère, il fallait bien que quelqu'un se dévoue et le pauvre Khejri n'avait pas à porter ce fardeau.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nishant, Maryel et Firas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nishant, Maryel et Firas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» merci pour firas
» pour Firas
» Récitation coranique à la mosquée Al-Aqsa - récitant: Firas Agazzaz 13/02/2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Mystiques UO :: Rôliste :: Histoire des personnages-
Sauter vers: